GNU/Linux

beini_logo

Beini Linux, orientée sécurité Wi-Fi

0

Logo Beini

Beini, est un système permettant de tester la sécurité des réseaux Wi-fi.

Elle se base sur la distribution Tiny Core Linux et propose quelques outils puissants et un kernel plus récent, le tout sur une ISO de seulement 30Mo.

La distribution Beini propose des GUI d’Aircrack-NG et la suite Aircrack-NG bien sûr.

Parmi ses outils on retrouve :

– FeedingBottle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sûrement l’outil le plus complexe, avec la suite Aircrack-ng disponible dans la distribution. Mais, aussi le plus puissant, étant donné qu’il est plutôt complet et paramétrable. Un outil d’expert mais, que le débutant pourra utiliser dans sa configuration de base.

Le logiciel une fois l’opération effectuée avec succès :

(Il existe une fenêtre de paramétrage avancée, ici on peut choisir le type d’attaque.)

– Minidwep-gtk

Avertissement mettant en garde l’utilisateur.

L’outil le plus efficace de par sa simplicité. Comme vous pouvez le voir, c’est une belle interface graphique, très simple et configurée par défaut de façon efficace. 3 Actions à faire pour cracker un réseau wifi :

  • Scanner les réseaux Wi-fi à portée. (Scan)
  • Sélectionner le réseau (celui de vôtre environnement de test) qui apparait avec un client de préférence car sinon, le temps de capture d’IVS sera bien plus long.
  • Lancer le script de récupération du mot de passe (La(u)nch).

Ensuite, tout est automatisé. Il lance les injections et si c’est un succès (dans 90% des cas) alors l’opération démarre. Il récupère les IVS et dès qu’il en a environ 8000, il lance en arrière-plan un crack. (On peut voir les différents modules de la suite Aircrack-ng travailler dans les terminaux en arrière-plan). Si le logiciel est en échec, il effectuera une nouvelle tentative à postériori. Sinon, si c’est un succès, celui-ci affiche la clé trouvée.

Une fois que l’opération est terminée voilà le message de minidwep-gtk :

Un tel outil peut représenter un réel danger si celui tombe dans de mauvaise main. Un utilisateur inexpérimenté n’y verra qu’un outil graphique qui fait simplement ce qu’on lui demande.

Seulement, en réalité, derrière tout cela s’exécute plusieurs modules de la suite Aircrack-ng qui, dans des mains expertes arrivent au même résultat.

– Bib

Légal ou pas ? Tout dépend de votre utilisation du produit. Quoiqu’il en soit cette distribution reste un outil fantastique et dangereusement accessible. En effet nul besoin de travailler en console, les GUI font le boulot, il suffit de quelques clics.

– GNU Macchanger

Gnu Macchanger permet quant à lui de modifier l’adresse MAC de votre périphérique Wi-Fi. Permet une parfaite anonymisation.

– MDK3

MDK3 est un programme indispensable pour l’analyse des réseaux WiFi. Il a de nombreuses fonctions, dont la plupart sont « agressives » vis-à-vis du réseau ciblé. Vous verrez lors de son utilisation que sont but est purement intrusif.

Cette liste est non exhaustive et cet article est seulement une présentation des principaux outils qu’offre Beini.

On peut bien sûr mettre Beini sur une clé USB bootable très facilement en utilisant le logiciel Unetbootin.

Télécharger la distribution Beini : Beini

Avertissement : Il est bien sûr interdit d’utiliser cette distribution sur un réseau sans l’accord de son propriétaire !

Convertir un MKV DTS en MKV AC3

0

Installer libdca-utils et mkvtoolnix.

sudo apt-get install mkvtoolnix libdca-utils

Ensuite, la commande mkvinfo permet de connaitre la piste à extraire.

mkvinfo mavideo.mkv

Ici, la piste audio en DTS est la piste 3.

| + A track
|  + Track number: 3
|  + Track UID: 2195880849
|  + Track type: audio
|  + Codec ID: A_DTS
|  + Codec decode all: 1
|  + Language: fre
|  + Name: DTS 1509 Kbps
|  + Audio track
|   + Sampling frequency: 48000
|   + Channels: 6

Extraire la piste audio DTS avec la commande mkvextract.

 mkvextract tracks mavideo.mkv 3:audio.dts

Ensuite la convertir en AC3 avec la commande dcadec.

dcadec -o wavall audio.dts | aften - audio.ac3

Et pour finir, il faut intégrer la piste AC3 dans le mkv avec la commande mkvmerge.

mkvmerge -o mavideoac3.mkv -A mavideo.mkv audio.ac3

Messagerie Gmail en client par défaut

0

Afin de définir la messagerie gmail en client par défaut sous GNU/Linux, il faut utiliser un script bash. Voici donc le script ci-dessous et la façon de procéder.

Tout d’abord, le script pour appeler le navigateur (Ici : Mozilla Firefox) avec lequel on va ouvrir la messagerie Gmail.

Copier le script bash ci-dessous dans fichier que vous appellerez gmail.sh et enregistrer le dans un dossier script dans votre home.

#!/bin/bash

tmp=${1#*’mailto:’}
to=${tmp%’?subject’*}
subject=${tmp#*’?subject=’}

if [ « $tmp » = « $subject » ]
then
firefox « http://mail.google.com/mail/?view=c…=1&to=$to »
else
firefox « http://mail.google.com/mail/?view=c…=1&to=$to&su=$subj=
ect »
fi

Ensuite, il faut rendre le script exécutable en faisant un : chmod u+x ~/script/gmail.sh dans un terminal ou bien un clic-droit sur le fichier, Propriétés/Onglet permissions/cocher exécution sur propriétaire/Fermer.

Ensuite, aller dans la configuration du système de votre environnement graphique, dans la catégorie « Applications par défaut » inscrire le chemin vers le script dans la case « Utiliser un autre client de messagerie ». exemple : ~/script/gmail.sh

Et voilà, lorsque vous cliquerez sur un lien mailto ; Vous arriverez directement sur la page de votre webmail préféré.

Haut de page